Une couverture pour mon Kindle !

À plusieurs reprises, j’ai vu traîner sur la table de chevet de clients de l’hôtel le fameux Kindle d’Amazon, un livre électronique. Et puis il y avaient les pubs dans l’Underground de Londres où j’ai passé un petit week-end avec ma mère et ma sœur. L’idée d’en avoir un a germé dans ma tête, alors une nuit, je me suis renseignée, j’ai un petit peu réfléchi, et puis… j’ai craqué !

Deux jours d’impatience plus tard, j’ai reçu mon Kindle 3  au pied de mon immeuble. En ouvrant la boîte, il y avait déjà quelque chose d’affiché sur l’écran. C’est tellement inhabituel que j’ai cru que c’était imprimé sur le plastique qui le protégeait ! Si je regarde de près je peux voir les pixels, mais comme quand je lis je ne suis pas concentrée sur les pixels qui composent les lettres, ça me fait plutôt l’effet d’un texte imprimé. :) Ce que j’aime particulièrement, c’est le dictionnaire intégré : comme je lis beaucoup en anglais mais qu’il me manque tout de même des mots de temps à autres, il me suffit de mettre le curseur devant le mot qui me pose problème, et il m’en affiche la définition dans un petit encadré.  C’est quand même plus pratique que d’attraper son dictionnaire, trouver la page, et surtout pour se promener le dictionnaire avec soi ! Comme je lis plutôt dans les transports sur le chemin du travail, quand je butais sur un mot, eh bien je n’avais aucun moyen d’en connaître le sens. Ce temps est maintenant révolu ! :p

Sauf que justement, pour pouvoir me le promener, mon Kindle, il me fallait le protéger des clés et autres stylos qui sont dans mon sac. Et vu le prix des couvertures de Kindle du commerce, je suis, une fois de plus, arrivée à la conclusion que je ferais mieux de me la fabriquer moi-même. N’ayant pas trop d’idée, j’ai fait une recherche sur internet et je suis tombée sur une couverture de Kindle toute simple qui peut se mettre en chevalet. Cette couverture me plaisait bien dans l’idée, mais deux choses me gênaient :

  • la poche cache le clavier et surtout bloque l’accès au bouton on/off et aux prises jack et usb
  • les côtés ne sont pas protégés

Alors j’ai réfléchi, et puis j’ai trouvé ! Voyez plutôt :

ma couverture de Kindle, fermée
ma couverture de Kindle, ouverte
ma couverture de Kindle, mise en chevalet

Ce n’est pas parfait mais ça me plaît bien ! Je suis contente parce que le Kindle tient vraiment bien à sa place. Les petits lacets sont faits avec un méthode médiévale de tressage avec des boucles. C’est le « Broad lace of V. bows » de Nature Unbowelled, un vieux livre de 1655 ! Je ferai peut-être un article sur cette technique !

Nouveau départ

Voilà des lustres que je ne vous ai pas donné de nouvelles ! Beaucoup de choses ont changé depuis.

Il y a quatre mois, j’entamais une quatrième année de vie commune avec mon Shamaloo dans notre appartement, et je venais d’obtenir mon dernier diplôme.
Depuis on s’est séparés, je n’ai plus d’appartement (je ne suis quand même pas à la rue je vous rassure) et j’ai trouvé un travail tout à fait inattendu…

Après avoir terminé ma formation pour savoir créer une petite entreprise, il fallait que je trouve un travail, parce que pour créer mon entreprise, il faut commencer par avoir des sous ! Mais après avoir étudié l’horlogerie et la menuiserie dont je ne compte pas faire mon métier, je ne savais pas trop dans quoi travailler. J’ai postulé dans des boutiques qui vendent de la laine, sans succès.

Et puis un lundi de janvier, j’ai reçu un coup de téléphone de la dame grâce à laquelle j’ai eu la formation de création d’entreprise, qui me demandait des nouvelles. Et en apprenant que je n’avais pas trouvé d’emploi elle me dit : « Ça te dirait de travailler dans l’hôtellerie ? Je connais une dame qui pourrait t’aider à trouver un emploi dans l’hôtellerie, c’est pas forcément génial comme boulot, mais c’est toujours ça. »

L’hôtellerie ? Je ne connais absolument pas, mais pourquoi pas… Le lendemain, mardi matin, je vais donc voir cette fameuse dame. Elle m’explique qu’elle est formatrice pour un diplôme de femme de chambre en contrat de professionnalisation, et que si je veux faire ça il faut que je trouve un hôtel pour m’embaucher. Elle me prévient que nettoyer les chambres d’hôtel c’est un métier ardu qui demande beaucoup de courage et de motivation. Mais n’ayant pour ainsi dire jamais mis les pieds dans un hôtel, elle m’envoie accompagner deux autres femmes à la recherche d’un hôtel pour voir si les hôtels ça me plaisait. Et de ce que j’en ai vu, ça me plaisait assez :)

Alors le lendemain midi, mercredi, mes CV et mes lettres de motivation sous le bras, je pars démarcher les hôtels. En une heure, j’ai déposé des CV dans dix hôtels différents. Et l’après-midi même, je reçois un coup de fil de la gouvernante générale d’un hôtel 4 étoiles qui veut me voir le vendredi matin pour un entretien d’embauche !

Vendredi matin, à l’entretien d’embauche, elle me questionne sur mon parcours atypique, puis me dit : « Je trouve quand même dommage que vous ne postuliez que pour femme de chambre, il faut voir à long terme, vous pourriez être gouvernante. Je vous laisse réfléchir, mais quoi que vous choisissiez, gouvernante ou femme de chambre, je vous prends » !
Pour que vous situiez, la gouvernante, c’est celle qui organise et contrôle le travail des femmes de chambre et vérifie que tout est en ordre dans l’hôtel et dans les chambres pour les donner à louer à la réception.

J’ai quand même hésité, parce que je ne me voyais pas arriver là de nulle part et me mettre à superviser des dames qui font leur métier depuis des années. Mais ma formatrice m’a dit que quand on nous fait une offre pareille, on refuse surtout pas, alors j’ai accepté. Et elle a eu raison !

Voilà comment, alors que je ne connaissais même pas l’existence de ce métier, en moins d’une semaine j’ai trouvé un emploi de gouvernante dans un hôtel de luxe ! À croire que j’ai une bonne étoile…

Cela fait donc deux mois que je travaille dans un hôtel, j’ai quand même commencé par être femme de chambre quelques jours pour que je sache vraiment ce que c’est. Eh bien je dois dire que ça force le respect, parce que comme l’avait dit ma formatrice, c’est vraiment un métier dur et il faut du courage ! Et le métier de gouvernante, c’est passionnant ! Je ne suis pas près d’en avoir fait le tour, il se passe tous les jours des choses différentes, et je commence seulement à me débrouiller un petit peu tellement il y a à apprendre… C’est très crevant, mais ça en vaut la peine :p
Et puis, ce qui ne gâche rien, l’hôtel est super, il y a une bonne ambiance, on prend soin des employés et ils prennent à cœur de bien me former !

Je suis toujours surprise de ce coup de bol incroyable, quand j’y pense…

Du nouveau dans mon design !

Ces trois derniers jours, je me suis replongée dans les méandres de WordPress, du PHP et du CSS pour apporter quelques petites modifications à mon blog.

D’abord, j’ai ajouté une petite touche de finition dans le design de mon blog : les coins arrondis. Vous ne les voyez peut-être pas encore, suivant le navigateur que vous utilisez, car c’est une propriété de CSS 3, qui n’est pas encore mise dans tous les navigateurs ! Si vous utilisez Safari ou Chrome ou Opera vous les voyez certainement, sinon il faut avoir les versions bêta de Firefox 4 ou Internet Explorer 9 pour en profiter. Ce n’est probablement pas visible, mais j’ai dû repenser la structure de certains éléments de mon blog pour pouvoir le mettre en place : les coins arrondis ça pardonne moins facilement que des rectangles parfaits ! Mais depuis sa création, mon blog me semblait manquer de quelque chose, il me laissait une impression d’inachevé, et je pense que les coins arrondis ça lui donne vraiment un air plus fini.

Ensuite, je me suis penchée sur les avatars des gens dans mes commentaires. Si vous avez un compte sur Gravatar, ça affichait (et ça affiche toujours d’ailleurs) votre avatar personnel. Mais la plupart des gens n’on pas de compte Gravatar, et donc ils avaient tous le même avatar gris neutre et terne qui ne me plaisait pas vraiment. Quand j’ai créé mon blog, j’avais bien cherché mieux, mais les générateurs d’avatars existants ne me plaisaient pas, et je ne savais pas trop quoi mettre comme images à la place.

Il y a trois jours, donc, j’ai trouvé quoi mettre comme images ! J’allais générer des avatars aléatoirement grâce à mon cher ami Context Free Art Grammar :) J’adore ce logiciel, parce que j’aime bien programmer et j’aime faire des images sur ordinateur, et il allie les deux ! D’ailleurs, je ne crois pas l’avoir dit, mais les arbres qui servent de fond à ce blog ont été générés avec Context Free et du code que j’ai écrit et j’ai ensuite peint les feuilles dans GIMP. D’ailleurs j’ai écrit un tutoriel sur la génération d’arbres avec Context Free si vous voulez essayer ! Pour en revenir à mes avatars, j’avais déjà pensé à Context Free pour les générer, mais faire un code qui produise des avatars assez différents les uns des autres pour être reconnaissables, et qui soit en plus jolis, ce n’est pas évident ! Et récemment, mycelium, un habitué de la galerie Context Free Art a publié sa création qui répondait à ces deux critères :D

Ensuite venait le problème de générer assez d’avatars différents pour qu’on ne retombe jamais sur les mêmes. Et générer une image, et l’enregistrer avec un nom chaque fois différent (forcément sinon ça efface la précédente) des dizaines de fois, c’est plutôt fastidieux et rébarbatif. Alors en bonne geek que je suis, j’ai cherché sur la toile comment écrire un petit script qui me ferait ça automatiquement :p Et donc, j’ai pu faire en sorte qu’en tapant une simple petite commande dans la console de mon Linux, ça me génère 400 avatars numérotés en moins de trois minutes. Je n’ose même pas imaginer combien de temps ça me prendrait à faire à la main !

En voici quelques uns :

Exemple d'avatarExemple d'avatarExemple d'avatarExemple d'avatarExemple d'avatarExemple d'avatarExemple d'avatarExemple d'avatarExemple d'avatarExemple d'avatar

Ensuite il me fallait un plugin qui attribue un avatar à chaque personne, et toujours le même pour cette personne. J’ai trouvé Wavatar, qui attribue un avatar à chacun en se servant de l’adresse e-mail renseignée. Comme il génère des petits monstres plutôt que les avatars que je veux, j’ai dû me plonger dans son code pour le modifier. Et puis gros problème aussi, dans les commentaires que je rapatrie de mon ancien blog, il n’y a pas d’adresse mail ! J’ai donc dû encore plus le modifier pour que, s’il n’y a pas d’adresse mail, il regarde le pseudonyme de l’auteur du commentaire afin que tout le monde puisse avoir son propre avatar. Ça a bien été le casse-tête, mais vous l’aurez remarqué, j’aime bien ce genre de petits défis !

Ah et au fait…

Bonne année !

Le swap de Noël

Ça y est ! Noël est passé, j’espère que le vôtre a été joyeux :) . Le mien l’a été ! D’autant que la veille, un colis est arrivé par la Poste :

Livre sur le crochet et Schoko-Bons

Un chouette livre sur le crochet qui, bien qu’il soit destiné aux débutants, possède quelques idées sympa auxquelles je n’aurais pas pensé seule, et la technique pour coudre correctement deux bords ensemble :D . Et avec, il y avait des Schoko-Bons, qui ne sont déjà plus, paix à leur âme. Le tout de la part de À 5 c’est mieux, un grand merci à elle !

De mon côté, j’ai tricoté une écharpe en bébé alpaga rose pour Lili. J’ai complètement craqué sur le fil, tellement il est doux, malgré que ce soit de la laine (et moi d’habitude, la laine, c’est vraiment pas mon amie). Et il est très épais, ce qui était parfait pour le tricoter avec le doigts !

en train de tricoter avec les doigts

C’est la toute première fois que je tricote un véritable motif avec les doigts, pour la simple et bonne raison que sur internet je n’ai trouvé la technique que pour tricoter des mailles envers, et pour faire autre chose que du point mousse, il faut savoir faire des mailles envers ET des mailles endroit. Alors j’ai dû inventer moi même la technique pour les mailles endroit ! Comme j’avais bien observé la différence entre mailles envers et mailles endroit avec deux techniques différentes déjà (le tricot classique avec les aiguilles et le tricot avec un crochet), ça n’a pas été très dur, et après quelques tâtonnements, j’ai trouvé comment faire sans même que ça me fasse des mailles torses :) Faudrait peut-être que j’en fasse des vidéos un jour :p D’ailleurs c’est drôle, même en anglais je trouve pas, le seul tricot avec les doigts qu’on trouve, c’est du tricotin…

Pour le motif, je me suis inspirée d’un bonnet d’une camarade de classe, que j’avais bien observé et que dont j’avais essayé de voir si je pouvais en reproduire le motif rien qu’à l’œil, en tricotant avec mon crochet.

J’ai pris beaucoup de plaisir à tricoter cette écharpe !

L'écharpe terminée

Père Noël surprise !

Dans un peu plus d’un mois, ce sera Noël ! À cette occasion, Thé Citron organise un échange de cadeaux entre blogueurs : on s’inscrit, et elle tire au sort parmi les participants la personne à qui on envoie un cadeau, et de qui on en reçoit un. Et donc on ne sait pas à l’avance qui nous l’envoie, c’est la surprise !

Et donc, comme je m’y suis inscrite, si vous voulez avoir une chance de recevoir un petit truc fabriqué avec mes petites mains, vous n’avez qu’à vous inscrire !

Du tricot au crochet !

Il y a un peu plus d’une semaine, en me promenant sur la Toile, je suis tombée sur une vidéo qui expliquait une technique qui m’était jusque là inconnue : le tricot au crochet, knooking en anglais (knitting, tricoter + hook, crochet). Cette vidéo provenait d’un blog : Knooking, tricoter avec votre crochet (en anglais). Le truc c’est que le crochet est légèrement modifié : il faut un trou à l’autre bout du crochet, comme le chas d’une aiguille, pour y enfiler un fil ou un cordon. C’est ce cordon qui sert de deuxième aiguille pour le tricot.
Je savais déjà tricoter, mais pour je ne sais quelle raison exactement, je n’aime pas trop les aiguilles à tricoter, et du coup je ne tricote quasiment jamais. Le seul ouvrage que j’aie terminé au tricot, c’est Boonie, la première peluche que j’ai faite, pour ma sœur.
Mais tricoter avec un crochet, c’est tout autre chose ! Ça a ses inconvénients : si on tire trop sur la maille qu’on est en train de tricoter en piquant dedans, la maille suivante rétrécit, et du coup on a du mal à piquer dedans. Mais ça a aussi plein d’avantages : comme le rang sur le point d’être tricoté est sur un fil, c’est super facile de le tordre sans perdre de mailles pour faire des torsades; si on se rend compte qu’il y a trois mailles on s’est planté on a tricoté endroit au lieu d’envers, on peut détricoter sans risquer de perdre les mailles du rang précédent qui sont toujours sur le fil … Et puis surtout ça se tricote au crochet !! :D Et du coup on peut mélanger les techniques : crochet, tricot, crochet tunisien, à plat, en rond, tout ça avec le même outil !
J’avais vu la vidéo tard un soir, et le lendemain je m’y suis essayée :

Tricot (entre autres) au crochet

Explications :
Le crochet, c’est une ex baguette chinoise pour manger que j’ai sciée et limée avec mes limes aiguilles. Et pour tester le tricot au crochet, j’ai limé pour faire un creux et j’ai percé un petit trou. Ensuite j’ai pris quatre fils de coton pour crochet que j’ai tressés pour faire le cordon. Sur la photo il y a des nœuds aux bouts, mais je les ai vite défaits, ils s’accrochaient dans les mailles au lieu de glisser.
De bas en haut, on a :

  • un rang de mailles serrées de crochet normal
  • du tricot en jersey avec deux torsades
  • un genre de talon de chaussette
  • du tricot jersey en tube
  • les deux derniers rangs en crochet tunisien en tube

Comme vous voyez je me suis bien amusée !
Sur ce, bonne nuit !

Youpiii !

J’ai eu mon exam de code de la route ! Réussi du premier coup ! *danse de la joie*

J’ai de la chance parce que contrairement à ce qu’on m’avait dit, les questions n’étaient pas moins tordues qu’à l’auto-école. Il y en a plusieurs où j’ai répondu vraiment sans savoir si j’avais bon ou pas. Mais mes intuitions ont dû être justes ! :D

À moi les heures de conduite !

Des fibres et encore des fibres !

Depuis le dernier article où je montrais mes tous premiers fils filés sur mon fuseau bricolé, j’ai continué le filage. J’ai même eu pour mon anniversaire (merci ma sœur) un vrai super fuseau Bosworth avec la fusaïole en haut, je trouve que c’est plus facile d’attraper la tige pour la faire tourner. Voyez plutôt :

Mon fuseau Bosworth plein de fil de bambou retordu navajo

Avec j’arrive à filer beaucoup plus fin, enfin ça doit être dû aussi à la pratique :p . Sur le fuseau, c’est toujours de la fibre de bambou, et comme maintenant j’arrive à filer assez fin, je retors le fil au fur et à mesure que je le file, en utilisant la technique du retors navajo. Retordre de fil, c’est faire un gros fil avec plusieurs fils plus fins, ça rend le fil plus solide et plus régulier :) Donc normalement ça se fait avec plusieurs fils, mais avec le retors navajo, on plie en trois une partie du seul fil qu’on a, on le retord comme si c’était trois fils, et on refait pareil sur la partie suivante et ainsi de suite.

Du bambou il m’en reste plein, et j’ai encore craqué j’en ai re-commandé la semaine dernière et je l’ai reçu aujourd’hui :

Mèche de fibres de bambou

C’est hyper doux, j’adore ! Avec, pour tester, j’ai commandé du bambou carbonisé :

Mèche de bambou carbonisé

Comme vous voyez c’est gris foncé. C’est un peu moins doux que le bambou normal, et je trouve que ça grince sous les doigts c’est un peu bizarre, mais c’est très doux quand même ! Je verrai bien ce que ça donne au filage.

Et puis aujourd’hui, je suis allée à Destocklaine, j’en avais vu parler sur des forums. En fait c’est un hangar rempli de pelotes de fils en tous genres, c’es affolant on sait même plus où regarder ! C’est perdu au milieu d’un quartier pavillonnaire en banlieue parisienne, j’y suis allée en transports, 3h30 de transports aller retour pour une demi heure de boutique, j’étais motivée ! lol Mais ça en valait le coup ! Les pelotes de fil sont vraiment pas chères du tout. Mais ce n’étaient pas les pelotes qui m’intéressaient : c’était la mèche à filer. J’avais vu sur leur site qu’ils en avaient, et c’est surtout pour ça que j’y suis allée, parce que de la mèche à filer, eh bien je n’avais pas encore trouvé une seule boutique physique où on peut aller avec ses jambes qui en vendait. J’ai demandé au vendeur où c’était, et il m’a emmené dans l’arrière boutique où il y avait des cartons pleins de fibres à filer. Il y en avait en vrac et sur des énormes bobines. Et c’est sur une bobine que j’ai jeté mon dévolu. En fait au début je ne voulais qu’une partie de la bobine, mais il m’a dit que c’était toute la bobine ou rien, et quand il m’a annoncé le prix de la bobine, eh bien je me suis empressée de l’acheter ! Voici la bête :

Bobine de mèche à filer

Il m’a dit que c’était de la laine de mouton, mais je suis étonnée, elle est hyper douce, d’habitude la laine ça me pique et ça me gratte, et là, pas du tout du tout je ne sens que la douceur !

Ah ! et j’allais presque oublier, je me suis rendue deux fois au Pub Spinning organisé par Flore, de Tricotin.com, où Danièle m’a très gentiment donné quelques cocons de soie qu’elle a teints elle même pour que j’essaie :

Cocons de soie teints

Ça aussi c’est super doux comme fibre ! Si je me souviens bien, les cocons rouges sont teints avec de la garance, les roses avec de la cochenille (le même colorant qu’ils nous mettent dans les chipos pour pas qu’on sache si elles sont cuites >:( :p ) et les jaunes je ne sais plus !

Là à mon avis mon stock est fait pour de nombreux mois ! Je vous montrerai ce que j’en ferai !